Accueil>Carte interactive > Ault-Onival, le Bois de Cise

La ville Ault ou plus précisément : Ault-Onival et le Bois de Cise

Le bois de Cise

Le bois de Cise réalise une alliance entre la mer et la forêt.
C'est un site cher à Victor Hugo, où les falaises s'ouvrent sur le paysage marin.
La suite du texte se trouve en bas de page.


1 - 2 - 3
Cliquez sur une vignette pour l'agrandir.    Plein écran touche F11

“...Une heure après, toujours par le sentier tortueux de la falaise, j'approchais du bourg d'Ault.
A un détour du sentier je me suis retrouvé tout à coup dans un champ de blé situé sur le haut de la falaise et qu'on était en train de moissonner.
Mon champ était délicieux, tout petit, tout escarpé, bordé de haies et portant à son sommet l'océan.
Te figures-tu cela ? Vingt perches de terre pour base et l'océan posé dessus.
Au rez de chaussée des faucheurs, des glaneuses, de bons paysans tranquilles occupés à engerber leur blé au premier étage de la mer
et tout en haut sur le toit, une douzaine de bateaux de pécheurs à l'ancre et jetant leurs filets.
Bien plus frappant à mon sens, rien de plus philosophique que ces sillons sous ces vagues,
que ces gerbes sous ces marins, que cette moisson sous cette pêche.
Hasard singulier qui superposait les uns aux autres, pour faire rêver le passant,
les laboureurs de la terre et les laboureurs de la mer.
Victor Hugo Lettres et Dessins de Picardie

Office de tourisme d'Ault et ses environs :

4, Place de l'église
BP 8 - 80460 AULT
Tél. 03 22 60 57 15
Fax. 03 22 60 49 03

Un peu d'histoire :

Ault reste un des sites préhistoriques les plus remarquables de Picardie. Une dent de mammouth retrouvée sur la plage d’Ault à grande marée figure au musée Boucher de Perthes.
Ault vient du mot « altus » qui signifie haut et bas. Lorsqu’on regarde le village du bas, au niveau de la mer, on voit en haut, et lorsqu’on le regarde du haut sur le plateau, on voit le village du bas. En effet, dès le 9 iéme siècle existait à Ault un port situé en bas des falaises appelé : « perroir » avec une église Notre Dame et des chaumières de pêcheurs.
D’après M. Monborgne « l’Histoire du bourg d’Ault », dès le Moyen Age, le port d’Ault avait déjà la flatteuse réputation chez les parisiens, grâce au trafic des « chasse-marée » de produire le poisson frais de la côte.
En 1666, Guillaume le Conquérant réunit 3000 nefs dans les ports de la côte, pour envahir l’Angleterre. Au cours d’une tempête, une partie de ces bateaux du s’abriter dans le port d’Ault et dans le hâble d’Ault.
Le gros problème de notre côte est l’attaque continuelle de la mer. Vers 1580, elle entraîna la destruction de la basse ville et du perroir. Les habitants se réfugièrent alors en haut de ville à l’emplacement actuel du « Bourg d’Ault »
Cette attaque de la mer au pied de la falaise vive a provoqué un dépôt d’alluvions formant les bas champs, séparés de la mer par une épaisse digue de galet, et la falaise est devenue falaise morte.
Repaires touristiques
Ault a une position privilégiée entre les blanches falaises du pays de Caux et les bas champs qui mènent jusqu’à la Baie de Somme, d’où les paysages très variés que l’on peut découvrir et admirer des tables d’orientations d’Ault et du Bois de Cise.
Le bourg d’Ault se blottit autour de l’église St Pierre, d’architecture gothique à Damiers, classée monument historique, et sur l’ultime escarpement se dresse l’un des plus beaux phares de France, tout en céramique blanche. Celui-ci domine la plage d’Onival, plage de galets et de sable à marée basse. La longue promenade du « balcon sur la mer » permet d’admirer la mer couleur opale, et de respirer l’air iodé.
Du côté sud, le Bois de Cise, site classé et le seul bois naturel des côtes de la manche.
Pour les touristes, promeneurs, les activités sont la randonnée découverte d’Ault et des environs ; également l’agrément de la pêche à pied dans les rochers, pêche à la crevette sur le sable et les plaisirs de la baignade et du farniente sur la plage.

Des promenades sont également possible dans les environs : Baie de Somme, vallée de la Bresle et ses trois villes sœurs.
Friaucourt : C’est le village le plus proche d’Ault. Il existait à l’époque où le port de pêche et l’église du bourg d’Ault furent engloutis dans la mer. Friaucourt avait alors son seigneur, Claude Vendôme, chevalier de l’ordre du roi. L’église est de pierre et le toit d’ardoises. Aujourd’hui, ses rues sont bordées de fleurs et le village s’est embelli au cours de ces dernières années avec de jolies maisons fleuries qui jalonnaient les routes alentour.

Saint Quentin Lamotte la croix au Bailly :
Le bourg s’allonge en longue rues sinueuses de « La solette » et « Gros Jacques » jusqu’au « Temps perdu » et, au-delà, ce sont les champs entre le Bois de Cise et celui de Rompval, atteignant la mer, là où autrefois était un corps de garde de la douane. L’église en pierres blanches pays, au toit d’ardoises, est un édifice imposant au milieu du village. Il y a aussi le château du XVII ème siècle en pierres blanches, aux fenêtres entourées de briques, au milieu d’un parc majestueux. Louis Philippe y venait chasser dans les bois voisins.
A voir : Belle croix de pierre torsadée ornée d’étoiles, de fleurs de lys, d’emblème de la passion. Ste Madeleine y est agenouillée au pied du Christ en croix.

Woignarue : En contrebas du phare s’étalent les coquettes villas d’Onival et tout le pays de Woignarue, village picard à vocation agricole, situé entre les deux stations balnéaires d’Ault et de Cayeux sur mer, avec une façade sur la mer de 3 Km de sable fin que la mer découvre à chaque marée descendante. En retrait de la mer, protégé par une longue digue de galets, les 450 hectares des bas champs sont le royaume des pêcheurs d’anguilles et de poissons d’eau douce et aussi celui des chasseurs huttiers.
A voir : Au cœur du village niché dans une campagne tranquille, pittoresque et accueillante s’élève une très jolie petite église du 12 ème siècle aux vitraux restés d’époque dont l’une représente la résurrection avec Ste Marie Madeleine sa patronne.
D'après un document fourni par l'office de Tourisme d'Ault.